Test du filtre IDAS NB1 (nebula booster)

Bonsoir à toutes et tous,

C’est bien la première fois que j’écris ce genre d’article à propos d’un matériel mais celui-ci est totalement intéressant pour les astrophotographes. Je vais donc vous parler brièvement du filtre IDAS NB1 qui, comme sa dénomination le laisse deviner, est très efficace dans la photographie des nébuleuses.

Alors tout d’abord comment il se présente : et bien vous avez le choix au niveau des diamètres, actuellement le plus intéressant pour les photographes est la version en 52mm car permettant de couvrir un capteur de type full frame (24x36mm) sans vignettage. Comme beaucoup de filtres, celui-ci est inséré dans une monture circulaire possédant un filetage standard compatible avec les nombreuses bagues que nous utilisons dans notre pratique.

Alors pourquoi est il aussi efficace sur les nébuleuses : comme de nombreux filtres dédiés celui-ci va permettre de transmettre les longueurs d’onde typiques des nébuleuses qu’elles soient en émission comme NGC7000 (nébuleuse North America dans le Cygne) où le Halpha est omniprésent (longueur d’onde de 656,3nm) mais aussi les nébuleuses planétaires dont le rayonnement est surtout centré sur la longueur d’onde de l’Oxygène ionisé deux fois couramment appelé OIII (principalement à 500.7nm). D’autres longueurs d’onde passent aussi comme celles du soufre ionisé une fois ainsi que de l’azote ionisé une fois qui sont toutes deux intéressantes également car présente dans les nébuleuses en émission et planétaires.

Je vous propose la courbe de transmission du filtre pour vous montrer qu’il ne laisse passer que les longueurs d’onde qui nous intéressent et SURTOUT ne laisse pas passer les longueurs d’onde des éclairages au sodium (lampadaires à lumière orange) ou au mercure (quasiment inexistant à notre époque) ce qui en fait également un très bon filtre antipollution lumineuse à l’exception des nouveaux lampadaires à LED dont l’éclairage très directionnel n’éclaire plus le ciel si tant est que la partie réverbérante soit bien conçue:

Comme vous pouvez le constater le taux de transmission des principales longueurs d’onde des nébuleuses est proche de 97% ce qui est tout bonnement exceptionnel.

Comme des images valent mieux qu’un long discours je vous propose deux images comparatives réalisées par Bernard sur la nébuleuse de la rosette : la première est prise à l’extinction des lampadaires chez lui (Valeur du Sky Quality Meter = 20.8) et la seconde est prise avec le filtre IDAS NB1 lorsque les lampadaires étaient allumés (SQM = 18.9 donc ciel très pollué) qui sont de type Sodium avec un appareil EOS 5D défiltré pose de 4 minutes à 2500ISO :

pose de 4 minutes à 2500 ISO avec les lampadaires éteints (SQM = 20.8)
pose de 4 minutes à 2500 ISO avec les lampadaires allumés et filtre NB1 (SQM = 18.9)

Comme vous le noterez le contraste est très amélioré avec des extensions sur la nébuleuse non visibles sur la pose prise avec les lampadaires éteints.

Je vous propose également le résultat de l’addition de 15 poses de 4 minutes avec le filtre NB1 qui vous montrera la qualité de ce filtre même en région parisienne (bon pas en plein cœur de Paris tout de même):

Le résultat de l’addition de 15 poses de 4 minutes à 2500ISO

J’espère que cet article vous aura plu pour une première revue de matériel dont je n’ai pas vraiment l’habitude.

Une dernière chose à propos du tarif de ce type de filtre qui mérite tout de même l’investissement : il est de 270 € environ et vous pourrez le trouver dans les bonnes boutiques d’astronomie que vous connaissez sûrement.

Comment configurer les nouveaux viseurs polaires SkyWatcher

Cet article va vous expliquer comment configurer les viseurs polaires de ce type :

Viseur polaire SkyWatcher nouvelle version.

On note sur ce viseur 3 éléments, Une constellation de l’hémisphère sud, des petits traits avec des dates sur la droite et enfin un cercle gradué central.

Pour mettre en station dans l’hémisphère nord avec une raquette de commande, seul le cercle central est utile.

Pour procéder à une mise en station dans l’hémisphère nord à l’aide de ce viseur polaire il faut commencer par allumer la monture. Elle demande alors d’entrer la position GPS, suivie du temps actuel jour/date/heure/minutes/secondes. Une fois les valeurs entrées, la raquette va afficher la position de la polaire sous forme d’Heure.
Par exemple « Polaris Position in P.scope=06:17 ».

Dans un premier temps, faire tourner le viseur polaire pour que l’axe 9-3 du cercle central soit parfaitement horizontal.

Ensuite il faut placer la polaire sur le cercle central qui est gradué en heure. Si on prend l’exemple plus haut 06:17 la polaire doit-être placé (en rouge) comme suit :

Votre monture est maintenant en station !

1 2